Pas encore inscrit ? | Passe oublié

L'ascension de l'Acatenango 3976 m)

22/03/2011 | Guatemala City | 0 commentaire |

L'ascension de l'Acatenango 3976 m)

Le cratère de lAcatenango

Nous quittons la route principale et nous nous engageons sur une piste, asphaltée au départ, puis en terre avec des endroits en mauvais états, nids de poules. De nombreux lacets, certains assez courts. Un arrêt pour photographier l’Acatenango (3976 m) dont nous allons attaquer l’ascension dans quelques instants. Peu après, nous arrivons à la Soledad (2500 m). Nos gros sacs restent dans le minibus. Nos duvets, matelas, les tentes et la nourriture sont répartis pour être pris en charge par des porteurs. Un petit cheval transportera notamment une grosse bonbonne d’eau en matière plastique. Quant à nous, nous ne portons que nos affaires personnelles pour deux jours. Moyennant finances, (250 quetzals), un porteur se chargera du sac de Maryse, la plus lente du groupe, avec son mari Bernard, aussi bien à la montée qu’à la descente.
Il est 10 h 10 quand nous nous lançons dans la montée, d’abord bien raide, toute droite, avec un sol recouvert de scories volcaniques sur lesquelles le pied dérape parfois. Oliverio monte doucement, d’un pas régulier. Je ne sais pas pourquoi mais Bernard grimpe plus vite et nous distance un peu. Veut-il nous (ou se) prouver quelque chose ? S’est-il dopé ?
A droite et à gauche, une zone de cultures. Des parcelles où apparaissent des restes de pieds de maïs, d’autres de petits pois nains, beaucoup d’arums, vestiges de cette culture florale importante, des parcelles nues en préparation ou en attente de semailles.
On peut parler de jardinage, le travail de la terre, très fertile au pied du volcan, se fait uniquement à la main. Le paysan guatémaltèque se rendant au champ porte une houe sur l’épaule et une machette à la ceinture ou à la main. Il ne se sépare gère de ce deuxième outil.
Nous faisons une première pause près d’un arbre très vieux, au tronc difforme, comme creusé de mini grottes, un canac. A côté un champ de choux, de gros radis rouges également.
Nous entrons alors dans la forêt primaire. Le sol devient plus compact sous nos pas. La montée est régulière mais en lacets, ce que j’apprécie davantage. Seconde pause sur un petit plateau. Tandis que nous allons continuer en direction des sommets de l’Acatenango, les porteurs vont les contourner et rejoindre les terrasses où sera implanté notre camp de ce soir.
A la forêt primaire succède une forêt de pins, la plupart morts, squelettes dénudés, un incendie ayant sévi sur cette pente. Oliverio maintient une cadence lente, suivi de Chantal, la gazelle du groupe, de moi-même, d’Annie qui grimpe bien mais dont le rythme ralentit avec l’altitude et de Richard qui souffle beaucoup. Quant à Maryse et Bernard, ils suivent à distance. Part-on ensemble après une pause que rapidement, ils décrochent.
Est-ce le premier sommet juste après les derniers pins ? Non pas, il s’agit d’une butte qui nous le dissimule encore. A chaque fois que je lève le nez pour juger de notre progression, j’ai l’impression que nous ne nous en rapprochons pas. Peut-être recule-t-elle ou s’étire-t-elle à mesure que nous nous élevons ? Enfin, nous sortons de cette zone et avançons maintenant sur un sol recouvert de cendre et de scories volcaniques. Une marche plus fatigante mais qui nous permet d’atteindre un sommet arrondi, le Yepocapa (3800 m), premier pic de l’Acatenango. Depuis le départ, nous nous sommes élevés de 1300 mètres. Nous ne sommes pas encore au bout de nos peines, notre but étant de monter au deuxième pic à 3976 mètres. Plus que 176 m de dénivelée ! En théorie, oui. En réalité, non ! En effet, il nous faut d’abord descendre jusqu’à un col à 3750 mètres avant d’entamer la dernière longueur qui, vue d’ici, ne paraît pas une mince affaire. Le sentier s’élève dans la pente, sur la droite d’un cratère égueulé.
Maryse et Bernard demandent à Oliverio s’il est possible de rejoindre le camp sans passer par le sommet. Leur porteur consulté, va les accompagner par la gauche et ils nous attendront en un endroit où nous les rejoindrons.
Nous repartons donc à quatre derrière Oliverio qui monte vraiment piano et toujours dans l’ordre qui s’est établi tout naturellement. Une montée très pénible dans les scories. Le pied accroche mal quand on prend appui dessus pour avancer l’autre. Il lui arrive même de redescendre un peu et, heureusement, les bâtons sont là pour permettre de garder l’équilibre. Mais cela demande un effort supplémentaire et, la fatigue s’accumulant, le rythme respiratoire s’accélère alors. Je distingue des roches au-dessus de cette première partie de montée. J’ai hâte de les atteindre, pensant que je vais moins peiner. Erreur ! Les roches ne sont pas serrées et, la plupart du temps, le sentier serpente entre elles, dans la cendre.
Encore un effort ! Le but est là, tout proche. Soudain, le Fuego, jusqu’alors invisible, se dresse devant nous et nous gratifie de quelques explosions donnant naissance à un panache de type fumée s’élevant dans le ciel au-dessus de son cratère. Première récompense !
Une dernière pente, assez douce il me semble, et au sol bien dur et nous voilà près de la croix - dont la barre verticale supérieure a disparu – marquant le sommet de l’Acatenango.
Victoire ! Le bras levé avec le poing serré, nous cognons le poing de l’autre, montrant ainsi notre satisfaction d’être parvenus ensemble jusqu’ici. Au fond de moi, je suis heureux, ma vieille carcasse a tenu le coup une fois de plus et m’a ainsi permis de me hisser à presque 4000 mètres. Je n’ai pas ressenti les effets de l’altitude. Il nous a fallu environ 45 minutes pour effectuer cette dernière longueur, la meilleure, et un peu plus de 5 heures et demie pour parcourir le tout.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Note : 4.00 - 1 vote



Ajouter un commentaire


Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier Inscrivez-vous!

Si vous ne souhaitez pas vous connecter, mettez simplement
Votre nom Votre email :


 
22/03/2011 | Guatemala City | 0 commentaire

Le volcan Pacaya

Le volcan PacayaNous atteignons le village de San Francisco de Sales, à la fois terminus et point de départ. Nous descendons du véhicule et préparons nos bâtons de marche. Ensuite, nous étalons de la crème solaire sur notre visage et nos bras afin d’affronter les ardeurs du soleil en altitude sans risque de brûlure ... Lire la suite

 
22/03/2011 | Guatemala City | 0 commentaire

Antigua

AntiguaMatinée et début de l’après-midi consacrés à la visite d’Antigua. Nous gagnons d’abord la Place Centrale ou Plaza de Armas et commençons par entrer dans une banque afin d’échanger des dollars contre des quetzals. Un garde armé à l’extérieur gère le flux des entrées et un autre ... Lire la suite

 
22/03/2011 | Guatemala City | 0 commentaire

Antigua (2)

Antigua (2)Nous nous contentons de passer devant certaines, entrant dans d’autres offrant un intérêt particulier à l’intérieur. Quelques-unes ne présentent plus qu’une façade balafrée de lézardes importantes.
Je retiens plus particulièrement l’aspect extérieur de la Merced, lumineuse, avec ses statues et ses ...
Lire la suite

 
22/03/2011 | Guatemala City | 0 commentaire

Le lac Atitlan

Le lac AtitlanAvant le petit déjeuner, prévu à 7 heures, je traverse le parc de l’hôtel jusqu’au bord du lac Atitlan aux eaux bleues, frémissantes, sous un ciel bleu également. Chantal et Richard sont déjà là et font des photos. Ils me proposent de me prendre sur la petite jetée en bois.
Devant nous, le volcan San Pedro dont ...
Lire la suite

 
22/03/2011 | Guatemala City | 0 commentaire

Montée au San Pedro (3020 m)

Montée au San Pedro (3020 m)Lever 3 h 30. Petit déjeuner très rapide avec uniquement un café et une part de gâteau acheté par Oliverio. Nous partons avec le pique-nique dans le sac à dos. Court transfert en bus jusqu’à l’entrée du Parc National du Volcan San Pedro, à 1850 mètres d’altitude.
Nous partons la lampe frontale ...
Lire la suite

 
22/03/2011 | Guatemala City | 0 commentaire

Rencontres

RencontresEn bus, il suffirait d’un quart d’heure pour gagner Todos Santos mais nous préférons continuer à pied dans la vallée. Et nous ne le regretterons pas bien au contraire. Cela nous permet de côtoyer de plus près la population locale. D’abord deux jeunes bergers et leur modeste troupeau de moutons. Presque aussitôt, ce sont deux ... Lire la suite

 
22/03/2011 | Guatemala City | 0 commentaire

L'ascension du Santa Maria (3772 m)

L'ascension du Santa Maria (3772 m)Lever à 3 h 30. Petit déjeuner rapide. Nous emportons le pique-nique. Court transfert jusqu'à Llanos del Pinal, à 5 kilomètres au sud de Quetzaltenango.
4 h 35, début de l'ascension du volcan Santa Maria, équipés d'une lampe frontale. Guide local du jour, Eduardo. Nous suivons d'abord une pente relativement douce et plutôt ...
Lire la suite

 
22/03/2011 | Guatemala City | 0 commentaire

Les tortillas

Les tortillasTandis que certains prennent une boisson, je rentre dans une pièce équipée de deux broyeurs. Une femme arrive avec un seau rempli de maïs bouilli qu’elle vide dans une trémie au-dessus du broyeur du fond. Une jeune fille met l’engin en marche, fait couler un filet d’eau sur les grains et assure le bon approvisionnement de l’appareil ... Lire la suite

 
22/03/2011 | Guatemala City | 0 commentaire

Les Mayas

Les MayasJe ne suis sans doute pas exactement le chemin indiqué par Oliverio mais peu importe, j’arrive à une entrée du marché. Je suis la rue jusqu’à l’église Santo Tomas, à la façade blanche. Toutes les marches accédant au parvis sont occupées par des marchandes de fleurs. C’est tellement beau que j’en ... Lire la suite

 
22/03/2011 | Guatemala City | 0 commentaire

Le Fuego (3763 m)

Le Fuego (3763 m)Quelques photos souvenir et il nous faut songer à quitter les lieux, des nuages de plus en plus foncés montant de la vallée. Déjà, une mer de nuages nous dissimule les parties basses. De là-haut, nous apercevons nos deux compatriotes et leur porteur. Nous descendons, nos pieds s’enfonçant dans une couche profonde de cendre noire ... Lire la suite

 
22/03/2011 | Guatemala City | 0 commentaire

Aguateca

AguatecaDe retour au bord du Rio de la Passion, nous montons à bord de notre petit bateau à moteur dont le pilote nous a patiemment attendus. Après environ une heure de navigation sur un affluent, le rio Petexbatun, nous débarquons au lodge Posada Caribe, en pleine nature. Le patron, très charmant nous accueille et nous invite à nous asseoir à une table ... Lire la suite

 
22/03/2011 | Guatemala City | 0 commentaire

Tikal

TikalArrivés sur les lieux, installation au Tikal inn puis visite à pied, d’une première partie du site archéologique, en pleine forêt. Nous suivons de larges allées entre les arbres qui nous voilent presque complètement le ciel. Un bruit dans les branches nous signale la présence d’un atèle ou singe-araignée ... Lire la suite

Devenez Tripper !
Mes trips Carte de mes trips
Participer au forum
Mes photos

Mes amis (6 amis)
© 2016 Tripper-Tips.com | CGU | Pub | Contacts | Support | Partenaires |Tripper-Tips.com en page d'accueil