Pas encore inscrit ? | Passe oublié

Les éléphants

16/03/2015 | LUANG PRABANG | 0 commentaire |

Les éléphants

Au village des éléphants

Un guide du village nous rejoint et nous invite à monter sur une petite terrasse aménagée autour de l’énorme tronc irrégulier d’un très vieil arbre. Tandis qu’un thé ou un café nous est offert, il nous indique que ce village a été créé par des allemands. Il existe d’autres fermes des éléphants dans le pays dont le but est de maintenir l’élevage de ces pachydermes. Alors qu’autrefois, ils étaient utilisés pour le travail et notamment le débardage des grumes, maintenant ils ont été reconvertis dans des activités touristiques.
Nourrir un éléphant n’est pas une mince affaire. Celui-ci consomme 200 kg d’aliments par jour. Il mange des troncs de bananiers, du maïs, mais il aime aussi les bananes ainsi que la canne à sucre. Le village disposant d’un cheptel de 40 têtes, il lui faut 8 tonnes de nourriture par jour. Il s’approvisionne dans trois villages voisins.
Un groupe est déjà parti. Cinq ou six éléphants avancent tranquillement dans le lit de la Nam Khan. Allons-nous suivre également ce circuit ?
Nous revenons vers la « gare ». Quelques éléphants, portant sur le dos un siège en bois avec des coussins, arrivent, guidés par leur cornac - mahout, en laotien - assis sur la tête de l’animal. Le premier s’arrête le long d’une construction sur pilotis. Les passagers empruntent un petit escalier pour accéder à la terrasse faisant fonction de quai. Une enjambée et vous vous asseyez sur la banquette prévue pour deux personnes. Comme nous sommes un nombre impair, je dispose de la banquette pour moi seul. Une barre de bois, placée à l’avant joue le rôle de ceinture de sécurité. Une chose est certaine, nous ne risquons guère un excès de vitesse.
Nous partons à notre tour et suivons un bon plan incliné pour gagner le bord de l’eau. J’apprécie la présence de la barre de bois à laquelle je me retiens pour ne pas glisser vers l’avant. Devant moi, deux éléphants semblent se bousculer pour entrer au même endroit dans l’élément liquide. Mais il n’en est rien. Une grosse pierre plate puis les pattes antérieures de la bête cherchent un appui au fond du lit. L’animal avance avec une telle assurance que je me sens en sécurité. Bientôt, l’eau lui arrive à mi-corps. Devant moi, progressent l’équipage Magali et Régis puis celui de Malou et Pierre-Yves. Nous traversons la Nam Khan en diagonale. Anne et Gérard ont déjà atteint l’autre rive.
Nous nous suivons, à la queue leu leu, mais à distance malgré tout, le long d’un sentier qui bientôt s’écarte de la rive et serpente un peu parmi les arbres, assez souvent des tecks. Pas question de doubler. Madame Khan, c’est le nom de l’éléphante qui me véhicule, ferme la marche. Une marche que je qualifierai de chaotique car la banquette est un peu secouée et il n’est pas vraiment possible d’accompagner le mouvement.
En chemin, nous nous arrêtons près d’une grande cage en bois. A l’intérieur un éléphanteau et sa mère.
les cornacs sont descendus à terre et munis de l’appareil photo des passagers les mitraillent carrément, plus particulièrement l’un d’entre eux. Avant de descendre, celui qui m’accompagne me propose de prendre sa place. Je quitte la banquette et m’assois à califourchon sur la tête de l’animal, les jambes passées derrière ses oreilles, en guise de cale-pieds. Bien que celles-ci soient nettement plus petites que celles de leur cousin africain, elles me maintiennent suffisamment. Je place mes deux mains en appui sur le crâne hérissé de poils noirs de 2 à 3 cm de longs, un peu piquants. A l’avenir, il serait bien de prévoir deux poignées, ce serait nettement plus sécurisant pour le cornac d’occasion que je suis. Sur le plat et en montée, j’arrive tant bien que mal à accompagner le mouvement de ma monture.
Au pied de certains arbres, une longue chaîne. En effet la nuit nos aimables pachydermes sont attachés. Cette chaîne est reliée à une seconde enroulée autour de l’une des pattes, antérieures il me semble bien.
Vers la droite, un arbre dont la cime se perd ans le ciel. Un arbre à miel. De petites barres de bois sont clouées, à espaces réguliers, le long de son tronc élancé, formant ainsi une échelle qui permet aux humains d’aller s’emparer du miel sauvage.
A-t-elle faim ? Ou est-ce pour le plaisir de grignoter ? De temps à autre, mon éléphante saisit une liane à portée de sa trompe et tire violemment dessus pour s’en emparer. Ce la ne me rassure pas trop. Je risque de me voir fouetter par l’une d’elle quand elle va lâcher.
Lors d’un arrêt à un point de vue, la plupart de mes compatriotes sont descendus. Quant à moi, je prends quelques photos du haut de mon perchoir. Aussitôt, Madame Khan en profite pour prendre la tête de la caravane.
Une descente pour gagner le terminus de la promenade. C’est un peu plus impressionnant. Heureusement l’animal avance bien précautionneusement sinon, comme à vélo, je risquerais de passer par-dessus le guidon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Ajouter un commentaire


Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier Inscrivez-vous!

Si vous ne souhaitez pas vous connecter, mettez simplement
Votre nom Votre email :


 
18/03/2015 | LUANG PRABANG | 0 commentaire

Découverte de Luang Prabang

Découverte de Luang PrabangNous nous retrouvons ensuite tous les trois afin de découvrir, nous aussi, la cité de Luang Prabang.
La circulation n’est pas très intense et, en tant que piétons, nous nous sentons en sécurité. Nous arpentons l’une des rues principales. J’en profite pour changer de l’argent. Contre 50 euros, je reçois 450 000 ...
Lire la suite

 
18/03/2015 | LUANG PRABANG | 0 commentaire

Le tak bat

Le tak batBoun nous ayant vivement conseillé d’assister à la quête matinale de nourriture des moines, je me lève à 5 h 30. A peine arrivé sur le trottoir devant l’hôtel, Anne et Gérard d’une part, Malou et Pierre-Yves d’autre part, me rejoignent. Nous décidons de nous rendre au centre ville. Nous hélons un tuk-tuk ... Lire la suite

 
18/03/2015 | LUANG PRABANG | 0 commentaire

Temple de Xieng Tong

Temple de Xieng Tong
Accompagnés de Boun, nous allons découvrir quelques-uns des principaux monuments de Luang Prabang. Nous commençons par traverser le marché de Phousi. Les étals, disposés de chaque côté d’une rue assez longue, proposent des légumes, des fruits, du riz, des œufs, certains de couleur rose, de la volaille, de la viande du ...
Lire la suite

 
18/03/2015 | LUANG PRABANG | 0 commentaire

Vers le village Khmu de Lung Ton

Vers le village Khmu de Lung Ton Nous partons sous un soleil ardent. La température dépasse les 25°. Nous attaquons par une bonne montée. Je dois trouver mon rythme, n’ayant pas l’entraînement de mes coéquipiers. Heureusement, de temps à autre, nous bénéficions de passages à l’ombre. De même quelques descentes alternent avec d’autres ... Lire la suite

Devenez Tripper !
Mes trips Carte de mes trips
Participer au forum
Mes photos

Mes amis (6 amis)
© 2016 Tripper-Tips.com | CGU | Pub | Contacts | Support | Partenaires |Tripper-Tips.com en page d'accueil